1827 – 1867. Quarante ans d’horticulture avec leurs noms

Aujourd’hui pour la journée internationale des droits des femmes, nous nous sommes demandés qui étaient les femmes qui ont participé au développement et à l’amélioration de l’horticulture au sein de la Société Nationale d’Horticulture de France. Étaient-elles nombreuses ?

La première journée internationale des femmes a eu lieu en 1911 sous l’impulsion de Clara Zetkin, enseignante, journaliste et femme politique allemande, défendant le droit de vote et le droit au travail. Le 8 mars 1977, l’Organisation des Nations Unis adoptait une résolution pour que ce jour devienne la journée internationale des droits des femmes. Aussi pour ces 40 ans, avons nous décidé d’explorer les pages des bulletins de la Société depuis sa création en 1827 jusqu’en 1867, soit 40 ans plus tard, et de retrouver les noms de ces femmes qui ont fait, elles aussi, l’histoire de l’horticulture. Qu’elles soient dames patronnesses, herboristes, droguistes, propriétaires de domaines reconnus, peintres, pépiniéristes, qu’elles appartiennent à l’aristocratie, à la bourgeoisie ou au milieu ouvrier, elles n’ont peut-être pas fait partie des instances dirigeantes de la Société d’horticulture mais nul doute qu’elles étaient présentes en nombre, plus de 300 noms au fil des pages, toutes ne tenaient pas dans les branches de notre arbre (figure ci-contre) mais et elles ont laissé l’empreinte de leur passage et ont marqué de leur influence l’histoire de l’horticulture.

FOCUS – Aglaé Adanson

Née en 1775, Aglaé Adanson fait partie des membres fondateurs de la Société d’horticulture de Paris en 1827. Fille de Michel Adanson, véritable passionné de botanique, il lui transmis ce goût et cette connaissance des plantes. Elle reprend le domaine familiale, le domaine de Baleine dans le Bourbonnais, où elle acclimata notamment des espèces exotiques. Ces conseils horticoles, fruits de sa riche expérience étaient très souvent sollicités. Auteure de nombreux ouvrages, comme le Catalogue des arbres, arbrisseaux, arbustes et plantes vivaces (catalogue des plantations du domaine de Baleine), La Maison de campagne ou encore Pensées et pièces fugitives sur différents sujets […] où elle attire l’attention de ses lectrices autour de différentes pensées comme la lecture.

Ainsi dit-elle : « Les talents, l’esprit, ainsi que le vice et la vertu, sont répandus ça et là dans la tête et l’âme de tous les hommes, à peu près comme toutes les variétés et les espèces sont éparses sur les différentes contrées de la terre. Ce n’est donc qu’en lisant ou feuilletant tous ce qui s’écrit, qu’on peut éclairer son esprit et rectifier son jugement. Mais la condition sine quâ non est d’être d’abord pourvu de discernement. »

Le domaine de Baleine est l’arboretum privé le plus ancien de France, jardin remarquable et classé monument historique depuis 1933.

Source du portrait d’Aglaé Adanson : [Recueil. Portraits d’Aglaé Adanson (XIXe s.)] – http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8514045d/
Source de la lettre : Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état des progrès du jardinage. Année 1831 – http://bibliotheque-numerique.hortalia.org/items/show/210

Un commentaire sur “1827 – 1867. Quarante ans d’horticulture avec leurs noms

  1. Très bon article ,j’ai envie d’en savoir plus sur ses femmes ….avez vous d’autres archives .Merci de bien vouloir les transmettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *