Philippe Lemettais, un orchidophile au cœur des collections

Portrait de Philippe LemettaisPhilippe Lemettais, administrateur de la SNHF,  président de la section orchidée est un vrai passionné de cette famille de plantes, il nous offre sa vision de la bibliothèque.

Vous, vous et l’horticulture ?

Enfance en province, parisien pendant mes études, je n’ai eu de cesse que de repartir habiter en campagne pour disposer d’un grand jardin où je puisse laisser libre cours à mes envies de culture horticole. Car le jardinage est une excellente occupation pour évacuer le stress de la vie moderne. On y est contraint de développer sa patience, on observe la nature, on s’ouvre à sa beauté. Mais pour moi le jardin est aussi un mode d’expression de ma créativité personnelle. En fonction de mes lectures ou de mes voyages, je découvre des plantes qui m’émeuvent pour leur beauté, leur histoire, ou le souvenir d’un bon moment qu’elles entretiennent. Alors pouvoir leur trouver une bonne place dans mon jardin, leur fournir toutes les conditions optimales pour leur épanouissement, c’est du pur bonheur.

Comment avez-vous connu la bibliothèque ?

J’ai découvert la SNHF par mon engagement dans le monde orchidophile. Je ne connaissais pas même l’existence de cette bibliothèque avant mes visites régulières pour diverses réunions. Et en attendant les réunions, rien de tel que de passer un moment à feuilleter des livres sur le sujet qui vous passionne. C’est ainsi que j’ai découvert l’intérêt patrimonial considérable consultable en toute simplicité. Les bibliothécaires sont fort sympathiques et vous guident  dans vos recherches. Et je pense que les conditions de lectures vont être excellentes après les travaux.

Sur quel sujet travaillez-vous actuellement ?

Les orchidées constituent mon principal centre d’intérêt, mais aussi l’histoire et l’art des jardins. Il y a une multitude de livres sur les deux derniers sujets. Le rayon orchidées est un peu moins garni, sans pour autant manquer d’intérêt. Mais il y a aussi la possibilité de consulter les revues très anciennes dans lesquelles ont été décrites certaines plantes. Cela permet de retourner aux sources, avec l’aide des dessins d’origine, pour vérifier des identifications, pour obtenir des informations sur la répartition des plantes et sur leurs conditions de culture.

Un conseil de lecture ?

Je n’ai pas de sujet bien précis actuellement. Mais j’aime plonger dans les livres anciens qui sont une mine de planches artistiques superbes, et où il est souvent plus facile que sur des photos de voir des détails précis.

Que souhaiteriez-vous pour la nouvelle bibliothèque ?

Je suis persuadé que la conception de l’aménagement permettra d’offrir aux lecteurs un confort moderne pour consulter notre catalogue remarquable. Mais j’espère qu’il sera possible, à l’avenir, d’emprunter certains ouvrages pendant une courte durée pour donner la possibilité aussi aux provinciaux de profiter de ce trésor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *